Rechercher






Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires


Accueil > Départements > Biologie des Génomes > Laure CRABBE : Telomeres et organisation du génome

Laure CRABBE : Présentation de l’équipe

Notre équipe étudie le rôle de la dynamique des télomères dans l’organisation nucléaire de cellules humaines. Nous sommes tout particulièrement intéressés par les interactions entre les télomères et la membrane nucléaire, et étudions l’impact de la distribution des télomères sur la stabilité du génome, l’organisation du noyau, l’expression génique, la réparation de l’ADN, et la croissance cellulaire.


Les télomères sont localisés à l’extrémité des chromosomes linéaires. Ils protègent le matériel génétique de la dégradation et empêchent la fusion des chromosomes entre eux. Les télomères consistent en des séquences répétées TTAGGG qui sont régulées par un complexe protéique spécifique nommé Shelterin, qui contrôle la longueur et l’intégrité des télomères. Les télomères ont une fonction essentielle dans l’organisation du noyau pour différents organismes. On sait aujourd’hui que le noyau interphasique est bien compartimenté et forme un espace dans lequel les chromosomes utilisent des territoires bien définis. Cette organisation spatiale du génome apparaît comme un aspect essentiel de la régulation et de la stabilité des gènes, et la fonction des télomères humain dans ce processus est encore inconnue.

JPEG

Notre équipe étudie la dynamique des télomères dans des cellules humaines primaires et cancéreuses, en utilisant des outils spécifiquement développés pour visualiser les télomères dans des cellules vivantes par microscopie confocale. Nous pouvons suivre la distribution des télomères dans le noyau au cours du cycle cellulaire, technique qui a permis de montrer que les télomères sont recrutés à la membrane nucléaire au moment de la formation du noyau après la mitose. Les techniques d’imagerie sont également essentielles pour suivre d’autres aspects de la dynamique des télomères, tels que la formation de clusters ou encore le mouvement de diffusion des télomères.
Nous utilisons par ailleurs des techniques de biochimie pour caractériser les mécanismes de liaison des télomères à la membrane nucléaire. Nous savons que la protéine télomérique RAP1, membre du complexe Shelterin, peut interagir avec la protéine SUN1 à la membrane nucléaire. L’un de nos but est de chercher si d’autres interactions similaires se produisent entre les protéines télomériques et membranaires, et de comprendre la fonction de ces interactions potentielles sur la formation de l’enveloppe nucléaire après mitose, sur la position des chromosomes dans le noyau, ou encore sur la maintenance des télomères.
Notre équipe travaille également sur la dynamique des télomères dans le contexte du vieillissement chronologique ou prématuré. Dans les cellules somatiques humaines, les répétitions télomériques raccourcissent en raison de la réplication incomplète de l’extrémité des chromosomes, et ce raccourcissement n’est pas compensé par la télomerase, enzyme capable d’allonger les télomères. Nous cherchons à comprendre si le raccourcissement des télomères impacte la dynamique des télomères. La nature protective des télomères peut être remise en cause lorsque le complexe télomérique est dysfonctionnel. Dans ce cas, les télomères sont la cible des protéines de réponse aux dommages de l’ADN, qui sont massivement recrutées à l’extrémité des chromosomes. Nous avons généré des outils permettant de visualiser l’accumulation de ces protéines marqueurs de dommage dans des cellules vivantes. Cela nous permet de suivre spécifiquement les télomères déprotégés et d’étudier leur dynamique dans le noyau.

JPEG


JPEG

Mots-clés

Télomères, Shelterin, organisation du génome, enveloppe nucléaire, vieillissement, progéria, cancer, dommages de l’ADN

Contact


CRABBE Laure [Chargé de Recherche - CNRS]
Equipe Crabbe L. - Télomères et organisation du génome [Responsable]
01 69 82 32 07 Gif - Bât 26

publié le , mis à jour le