Rechercher






Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires


Accueil > Départements > Virologie > Audrey ESCLATINE : Virulence et Latence des Herpesvirus

Audrey ESCLATINE : Présentation de l’équipe

Notre objectif est d’étudier les relations entre les virus de la famille des Herpesviridae, comme le virus Herpès Simplex HSV-1 ou le cytomégalovirus, aussi bien au niveau du cycle viral que de la latence, et leurs hôtes, par des approches in vitro et in vivo, par un modèle de latence original.

Présentation générale de l’équipe

La thématique de l’équipe est tournée vers différents Herpesvirus humains et vise à étudier les interactions entre l’hôte et le virus. Nous nous intéressons plus particulièrement aux mécanismes de défense de la cellule infectée, à la régulation de la latence virale et au détournement de la machinerie cellulaire de transport au profit des virus. Nous travaillons à étudier différents Herpesvirus, comme le virus Herpès Simplex de type 1 (HSV-1), le cytomégalovirus humain (HCMV) et le virus Epstein-Barr (EBV).

1. Nous nous focalisons notamment sur l’autophagie qui est un processus biologique qui va entrainer la dégradation de composants cytosoliques par le lysosome. En dehors de son rôle dans l’homéostasie cellulaire, il est maintenant bien établi que l’autophagie joue un rôle crucial dans l’établissement et la régulation des réponses immunitaires à l’encontre des microorganismes pathogènes. Nous avons établi que CMV et HSV-1 sont tous deux capable de moduler négativement la formation des autophagosomes, les vésicules à double membrane caractéristiques de l’autophagie. Nous avons identifié différentes protéines virales impliquées dans cette modulation et leurs mécanismes d’action (Figure 1). Nous nous intéressons maintenant à comprendre le rôle de cette modulation de l’autophagie, notamment dans l’immunité innée et adaptative et dans la virulence.

Figure 1 : Quantification of GFP-LC3 dots by Cellomics ArrayScan in HeLa cells. Number of autophagosomes (green spots) is clearly decreased after expression of the HCMV protein IRS1 (red staining).

2. La latence est une propriété retrouvée chez tous les virus de la famille des Herpesviridae, qui leur permet de persister à vie chez l’hôte, caractérisée par la présence du génome viral sous forme d’épisome dans le noyau. Concernant la latence d’HSV-1, nous avons caractérisé un modèle chez la souris qui mime l’histoire naturelle de l’infection par HSV-1 chez l’homme et qui nous permet d’étudier aussi bien la latence que la réactivation du virus, dans plusieurs sites neurologiques (Figure 2). Afin d’élucider le rôle des transcrits associés à la latence ou LATs (des ARN non codants) durant la latence, nous utilisons ce modèle, en association avec des approches expérimentales in vitro afin de combiner des aspects in vivo avec des aspects plus fondamentaux. Ce modèle in vivo d’infection chez la souris nous permet également de tester des approches thérapeutiques innovantes contre les infections à HSV-1.

Figure 2 : Oro ocular model of HSV-1 infection. Non coding RNA LATs accumulate especially in the trigeminal ganglion (TG).

3. La dissémination virale au sein de l’hôte requiert un transport efficace, rapide et dirigé des particules virales. Ceci est particulièrement important pour les virus neurotropes comme HSV-1, qui a à voyager sur de grandes distances. A l’aide de virus fluorescents, et en utilisant des technologies de live-cell imaging et de biologie moléculaire, notre but est d’étudier les interactions hôte-virus impliquées dans le transport viral (Figure 3).

Figure 3 : Capsides d’HSV-1 en transit dans un neurone

Mots clés :

Virus, HSV-1, HCMV, EBV, Latency, LATs, transport, centrosome, autophagy, host defense

Contact :


ESCLATINE Audrey [Professeur - UPSud]
Equipe Esclatine A. - Virulence et latence des Herpesvirus [Responsable]
+331 4683 5292 Fac. Pharma - Chatenay

publié le , mis à jour le