Rechercher






Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires


Accueil > Départements > Virologie > Paulo TAVARES : Bactériophages des bactéries gram-positve

Paulo TAVARES : Présentation de l’équipe

L’équipe Bactériophages de bactéries Gram-positives étudie l’assemblage des bactériophages caudés et l’infection des bactéries Gram-positives par ces virus. Le principal modèle d’étude est le siphovirus SPP1 qui infecte la bactérie Bacillus subtilis.

Projet

Les virus bactériens (bactériophages ou phages) sont les entités biologiques les plus abondantes de la Biosphère. Ce sont, en grande majorité, des phages caudés. Ceux-ci sont formés par une capside icosaédrique qui protège le génome viral et par une queue qui permet le cheminement de ce génome vers le cytoplasme de la bactérie hôte. Notre équipe étudie les mécanismes d’assemblage de la particule virale et l’infection de la bactérie par les phages caudés. L’approche utilisée est multidisciplinaire, faisant appel à la génétique, la biochimie, la biologie structurale et la biologie cellulaire.

Les travaux sur l’assemblage de la particule virale du bactériophage SPP1 visent à caractériser les mécanismes mis en œuvre pour construire un complexe macromoléculaire > à 30 MDa de taille et forme homogènes. Nous étudions les réactions moléculaires qui conduisent à la formation de la procapside virale et son remplissage subséquent avec le génome du phage. L’encapsidation du génome démarre par la liaison du complexe terminase de SPP1 à l’ADN viral suivie par l’interaction avec le sommet portal de la procapside. Cet assemblage est un puissant nano moteur qui pompe l’ADN vers l’intérieur de la procapside. Le processus est arrêté par un clivage de l’ADN qui est coordonné avec la fermeture du système portal. Cette stratégie d’assemblage est conservée parmi tous les virus de la lignée des phages caudés-herpèsvirus. Nous étudions aussi la queue de SPP1 qui est formée dans une voie d’assemblage indépendante. Sa construction commence par la formation du système d’adsorption à la cellule hôte. Ce complexe macromoléculaire sert de plateforme d’initiation de la polymérisation hélicoïdale des protéines formant le tube de la queue. La structure formée est liée évolutivement au système de sécrétion bactérien de type VI. L’assemblage du tube de la queue est terminé par la fixation de protéines qui créent l’interface qui permet sa fixation au sommet portal de la capside par lequel chemine l’ADN viral. Nous caractérisons ces réactions séquentielles pour apporter une description moléculaire détaillée des mécanismes qui permettent l’aboutissement efficace de chaque étape d’assemblage de la particule virale. Ces mécanismes restent jusqu’à présent très peu connus. Les connaissances apportées par nos recherches visent aussi à développer des approches rationnelles pour l’ingénierie des particules virales et des stratégies pour bloquer l’assemblage viral.

Une autre thématique majeure de nos recherches est l’étude des stratégies mises en œuvre par les phages caudés pour envahir la bactérie Gram-positive et pirater les machineries cellulaires. Cette restructuration de la cellule bactérienne assure les conditions optimales pour la multiplication du virus et sa dissémination. Nous visons à identifier les processus cellulaires détournés par le phage et à caractériser les mécanismes moléculaires engagés dans ces interactions virus-hôte. Leur connaissance permettra de comprendre comment le virus converti la cellule en une usine virale.

Mots Clés

Bactériophage, infection virale, lignée de phages caudés-herpèsvirus, assemblage macro-moléculaire, encapsidation de l’ADN, nanomachines, queue phagique, Bactérie Gram-positive, usine virale

Contact


TAVARES Paulo [Directeur de Recherche - CNRS]
Département de Virologie [Adjoint]
Equipe Tavares P. - Bactériophages des bactéries gram-positive [Responsable]
01 69 82 38 51 Gif - Bât 14

publié le , mis à jour le