Rechercher






Nos tutelles

Nos partenaires


Accueil

24 février 2020: 1 événement

  • Département Biochimie, Biophysique et Biologie Structurale

    Lundi 24 février 13:30-17:30 - Maelenn CHEVREUIL - Equipe Interactions et mécanismes d’assemblage des protéines et des peptides, I2BC

    Phénomènes dynamiques d’auto-assemblage et désassemblage dans des virus icosaédriques

    Résumé : L’auto-assemblage et le désassemblage de la capside des virus, étapes critiques du cycle viral, est un sujet qui suscite beaucoup d’intérêt.
    Cependant, les mécanismes sous-jacents et, en particulier, les chemins cinétiques d’assemblage et de désassemblage des capsides, vides ou pleines, des virus ne sont pas entièrement résolus. La diffusion des rayons X aux petits angles résolue en temps, combinée à la décomposition en valeur singulière, est une technique qui permet d’étudier des processus impliquant des espèces de taille nanométrique avec une résolution temporelle de l’ordre de la milliseconde. De plus, la technique de criblage de thermo-stabilité des protéines par fluorescence, couplée à un modèle théorique de champ moyen, permet d’estimer expérimentalement les énergies d’interactions entre les protéines et la charge effective de celles-ci. Ainsi, dans le cas du virus de la marbrure chlorotique de la cornille (CCMV), nous avons étudié la dynamique d’auto-assemblage des protéines des capsides avec leur matériel génétique.
    Les expériences ont révélé la formation de complexes amorphes via un chemin cinétique appelé en masse tandis que leur relaxation en virions s’effectue via un chemin cinétique dit synchrone. Les énergies de liaison des protéines avec le génome se sont révélées modérées tandis que la barrière d’énergie séparant les complexes des virions est élevée. Des expériences complémentaires ont également montré que cette barrière pouvait être abaissée, de sorte que des capsides pleines se forment directement.
    Dans le cas du virus de l’hépatite B (VHB), nous avons étudié les dynamiques d’assemblage et de désassemblage des capsides vides. Tout d’abord, nous avons pu identifier un chemin cinétique probable de désassemblage avec la présence d’une espèce intermédiaire assimilable à une structure fractale-branchée. Enfin, les expériences d’assemblage ont révélé un chemin cinétique en trois phases, i.e. agglomération, croissance et relaxation, dirigé par l’attraction hydrophobe et modulé par la répulsion électrostatique. De plus, certaines expériences ont également montré que la dernière phase pouvait être facilement inhibée.

    Lieu : Amphithéâtre Blandin - Laboratoire de Physique des Solides (LPS), 1 rue Nicolas Appert, Orsay

    En savoir plus : Département Biochimie, Biophysique et Biologie Structurale